Canal de Lalinde

Pour faciliter la navigation sur la Dordogne, axe de communication privilégié du Périgord méridional depuis le Haut Moyen Age, le canal de Lalinde fut creusé de 1838 à 1843 entre Mauzac et Tuilières. Tout le long, des écluses, des bassins, des aqueducs, des maisons d'éclusiers et en particulier l'escalier de Tuilières furent construits.
Mais avec l'arrivée du chemin de fer et des routes, le transport de marchandises par voie fluviale déclina et le canal devint désuet.
Il est un lieu de pêche et de promenade très prisé. 

Zoom sur 

 

Le site de Mauzac

Depuis 1987, l'échelle à poissons fonctionne également à Mauzac. Un vaste plan d'eau au niveau du barrage EDF attend les amateurs de pêche, de voile, d'aviron et de canoé-kayak. Les berges ont été aménagées et sont le lieu de rencontre des promeneurs. La "maison du passeur" a été transformée en salle d'exposition. Des photographies et des cartes postales de Mauzac autrefois y sont présentées.

Le pont canal
Le pont canal

Le pont canal

En 1828, le projet des Ponts de Chaussées coupe la commune en deux, isolant la partie située entre le canal et la Dordogne. 
L'aquecduc qui draine les eaux du village, cent mètres en amont est aménagé pour permettre le passage des gens à pied. Mais les animaux et les charrettes devraient faire un long détour par le pont de l'écluse de la Borie Basse ou celui de Tuilières. Les ingénieurs décident de construire un pont-canal à  Saint Capraise.
Il existe un chemin de pente, baptisé "Chemin de la Croze", qui permet d'aller du bourg à la rivière, là où se trouvent une source et un lavoir. C'est ce chemin que la canal va enjamber, préservant ainsi un axe de communication essentiel entre les deux parties de la commune. Cet ouvrage est l'un des plus remarquables du canal de Lalinde

Les écluses de Tuilières
Les écluses de Tuilières
Les écluses de Tuilières
Les écluses de Tuilières
Maisons éclusière
Maisons éclusière

Les écluses de Tuilières

L'escalier d'écluses est l'un des plus beaux ouvrages de ce type existant en France.
Sur une distance de 289 mètres pour une dénivellation de 22 mètres, on peut voir les deux séries de chacune trois écluses séparées par un magnifique bassin de croisement, et deux maisons éclusières n'ayant aucune transformation depuis leur construction. A la sortie de la dernière écluse amont se trouve la cale sèche, seul endroit permettant la réparation des soles des gabarres sans être tributaire des rythmes des marées.
 

La durée de la montée d'un bateau pour franchir la chaîne d'écluses était de l'ordre de 6 heures. La présence de l"écluse n°4 appelée "Le Bassin" permettait, grâce à sa forme et ses dimensions, de réduire le temps d'attente et de conduire simultanément la montée et la descente de plusieurs bateaux qui se croisaient au milieu de leur parcours avalant ou montant.

 

Reconstitution du bassin de croisement de Tuilières

(en matte painting)

Barrage et centrale de Tuilières

La 1ère mise en exploitation de cette installation située à 15km en aval de Mauzac date de 1908. C’est la plus ancienne du Groupe Régional de Production Hydraulique Massif Central.
Elle était jumelée jusque dans les années 1950 à une centrale thermique à charbon.

Aujourd’hui, l’usine, située rive droite de la Dordogne, abrite huit groupes équipés de turbines à axe vertical.

Le barrage d’une hauteur de 19.30m et d’une longueur de 105m a une productibilité moyenne annuelle de 148GWh.

Un sentier d’interprétation ouvert au public, permet de découvrir, entre autre, l'ensemble du site soit :
-L'usine hydro-électrique
-L'ascenseur à poissons construit en 1989 et équipé d'une vitre pour l'observation.
En effet l’échelle à poisson d’origine n’ayant jamais fonctionné, EDF a du imaginer un ascenseur adapté aux poissons migrateurs comme le saumon qui avait disparu de la Dordogne avec la construction des barrages.
Une cuve capture les poissons, puis remonte pour les déverser à l'amont du barrage.
Il permet ainsi aux poissons de remonter vers leur lieu de naissance pour se reproduire.


Plus d'informations

L'histoire du canal de Lalinde par Régine Simonet


Telle la Belle au Bois dormant, le canal se réveille après un long sommeil. 
Créé par les hommes pour contourner un obstacle de la nature, il était voué à servir la batellerie. Vaincue par le chemin de fer et la route, celle-ci finit par disparaître.
Le canal, lui, est resté à l’ombre de ses platanes. Envahi par les roseaux, il se fond dans le paysage. C’est un témoin précieux de l’époque encore récente où la Dordogne vivait au rythme de ses bateaux.
En 1850, n’assuraient-ils pas encore plus de 60 % du trafic marchandises entre Bergerac et Libourne ? Cela s’explique par la déficience historique du réseau routier et l’importance du vignoble dans la région : qui pouvait, mieux que la Dordogne orientée d’Est en Ouest, convoyer le bois à futaille du haut pays jusqu’à Bergerac, et de là conduire les tonneaux pleins jusqu’au port de Bordeaux ?
Mais la navigation n’y était pas si simple. Oublions ici les 80 km de son cours supérieur où, d’Argentat à Souillac, la descente en période de crue à bateau perdu était une périlleuse aventure. 
Dans notre canton, de nombreux obstacles entravaient la navigation : variations saisonnières du débit, seuils rocheux et gravières, courants violents... 
Trois rapides meurtriers verrouillaient le port de Lalinde. Le Grand Thoré en amont, les Pesqueyroux et la Gratusse en aval étaient si redoutés des marins que les pouvoirs publics décidèrent après mûre réflexion de creuser un canal de Mauzac à Tuilière pour les éviter. Long de 15 km, il coûta 2 millions du franc de l’époque.


Le chemin qui chemine
Décidés en 1838, les travaux furent achevés en 1843. Pour alimenter la prise d’eau du canal, on avait construit à Mauzac un barrage sur la Dordogne, ce qui eut pour effet de modifier considérablement l’aspect du village. Le vaste plan d’eau bordé de quais accueillait désormais les «couraux» en attente devant l’écluse d’entrée amont. Elles sont neuf en tout qui permettent de rattraper les 24 mètres de dénivellation entre l’amont et l’aval, à Mauzac, Lalinde, la Borie Basse, et le magnifique escalier de six écluses avec bassin de croisement, véritable œuvre d’art, en bas duquel le canal rejoint le fleuve à Tuilière. Il se termine en apothéose. 
Rationnels, équipés de quais en pierre, les bassins portuaires qui jalonnent son cours ont eux aussi transformé les habitudes et l’aspect des localités où ils sont situés : celui de Lalinde entraîna l’abandon du port de la Guillou sur la Dordogne et mit au chômage les pilotes de la Gratusse. 
Quant au vieux village batelier de Saint-Capraise installé au bord du fleuve, il dut faire demi tour vers le canal ! Coupé en deux, on le dota d’un pont canal pour relier les deux parties et d’un bassin de radoub où on pouvait construire et réparer le fond des bateaux au sec. Aménagé en face du bourg papetier, le bassin de Port-de-Couze devint rapidement l’entrepôt des marchandises venues de la rive gauche.

Bref, le canal répondait à de vrais besoins et il fut très fréquenté dès son ouverture : 29.750 tonneaux de marchandises y passèrent en 1852, 46.000 en 1858. 
La création, en aval, du barrage de Salvette en 1854, destiné à régulariser le mouillage du port de Bergerac, améliora encore le trafic qui atteignit près de 200.000 tonneaux en 1860.

Imaginons le va et vient incessant des bateaux sur la canal : descendu du haut pays limousin, «argentats» et «couraux» chargés à ras bord de bois merrain destiné à la futaille, de carassones à palisser la vigne, de minerai de fer et de charbon de bois, mais aussi de fûts de tanin et de pâte à papier, de châtaignes et d’huile de noix. Remontant le courant, «courpets» et «couraux» plus légèrement lestés du sel de l’Atlantique et des produits coloniaux, sucre, café, épices, morues salées...


Le déclin
Mais les temps changent. Pour s’adapter au rythme de la révolution industrielle en marche, il fallait faire plus et plus vite. On ne naviguait pas plus de 150 jours par an sur la Dordogne, et à vitesse réduite. Henri Gonthier, un des derniers patrons de bateaux, raconte qu’il ne pouvait pas effectuer plus d’un aller retour par mois de Port-de-Couze à Bordeaux avant d’avoir motorisé son bateau. Cinq allers retours par an avec environ 80 tonneaux de charge ! Les bateliers, attachés à leur métier, ont tout tenté pour se moderniser. Mais la lutte était inégale, les crédits allaient au chemin de fer ponctuel et rapide, au transport routier plus souple. Port déserté, bateliers au chômage, en 1926 le canal de Lalinde fut définitivement déclassé.


Mais le canal revit
En septembre 96, l’ensemble du canal fut inscrit à l’inventaire des monuments historiques. La plupart des ouvrages qui le jalonnent sont ou seront remis en état, exception faite de trois ponts : celui de l’EDF, le «pont levant» entre Saint-Capraise et Tuilière, et celui de Port-de-Couze. 
C’est à cet endroit que le canal fut busé en 1964, et aucun bateau ne peut plus désormais y passer.

L’avenir passera par la navigation de plaisance, soit sous forme de promenades en gabare, soit en louant à la semaine un bateau habitable à fond plat. Alors peut-être reverrons-nous bientôt des bateaux sur le canal de Lalinde, avec leur équipage de touristes embarqués à Bergerac pour monter jusqu’à Limeuil.

Randonnée le long du canal de Lalinde

Mots clés
Auteurs
Locomotions
Longueur
Difficulté
1 résultat
Sélectionner le fond de carte
CARTES / IGN
SCAN EXPRESS CLASSIQUE / IGN
CARTES TOPOGRAPHIQUES / IGN
OPEN STREET MAP
GOOGLE MAP - SATELLITE
GOOGLE MAP - PLAN
GOOGLE MAP - HYBRIDE
PLAN / IGN
SCAN EXPRESS STANDARD / IGN
PARCELLES CADASTRALES
CARTES LITTORALES / SHOM/IGN
CARTES AERONAUTIQUES OACI / IGN
PHOTOS AERIENNES / IGN
IGN BELGIQUE
image du circuit

Boucle du Canal de Lalinde - Mouleydier

Partez à la découverte du canal de Lalinde. Pour faciliter la navigation sur la Dordogne, axe de communication...

31 km
Saint-capraise-de-lalinde
- Dordogne -
- Dordogne -

La canal de Lalinde vu par vous sur Instagram

#paysdebergerac