Site officiel du tourisme en Pays de Bergerac - Vignoble et Bastides - Dordogne - Périgord

Mon premier tourin


 

 

 


 

Mon premier tourin

 

Par Géraldine | 22 Novembre 2021

 


 

Depuis le temps...

Le froid arrive dans notre beau Périgord, et si on faisait un bon tourin pour se réchauffer ? 

Je viens de me lancer et me suis mise en cuisine pour réaliser mon premier tourin ! A quarante ans, il était temps ! 

Rappelons que cette soupe fait partie du classique de la cuisine Périgourdine. On l’appelle la soupe du pauvre car il faut  très peu d’ingrédients : un peu d’ail, un œuf, de la farine, de la graisse de canard, de l’eau, un peu de vinaigre  et le tour est joué. On y fait également tremper du pain rassis. 

 

La tradition...

La tradition  voulait  que lors d'une soirée bien arrosée (mariage, fêtes), les derniers encore debout réveillaient les moins courageux pour leur servir du tourin à des heures improbables. Le tourin était servi aux jeunes mariés, tôt le matin. 

Recette

1. Eplucher les gousses d'ail. Dans une casserole mettre à fondre doucement la graisse d'oie. Ajouter les gousses d'ail, les laisser lentement blondir en remuant de temps en temps.
2. Ajouter la farine en remuant, ajouter l'eau petit à petit et toujours en remuant. Une fois le litre d'eau versé, saler et poivrer. Laisser cuire trente minutes à petits feux.
3. Pendant ce temps, séparer le blanc du jaune de l'oeuf, ajouter le vinaigre au jaune d'oeuf. Remuer.
Verser un peu de bouillon qui est en train de cuire et incorporer le mélange (jaune, vinaigre, bouillon) dans le bouillon sur le feu en remuant vivement.

Pour terminer, porter à ébullition en tournant le bouillon et faire couler en fin filet le blanc d'oeuf..

.

L’ail n’est pas un ingrédient que les enfants apprécient. Mais j’avoue avoir été  surprise par  ma fille « mmm c’est bon » et elle a également trempé du pain dans sa soupe ! Elle est des nôtres ! (rire) 

 

Pour les plus gourmands et les personnes majeurs, on aime faire  «chabrot » : fa chabroù comme disaient les anciens ! On verse un peu de vin rouge dans son assiette lorsqu’il ne reste plus que quelques cuillères de soupe et on boit ce petit mélange. C’est une vieille coutume paysanne qui perdure encore aujourd’hui … La preuve ! 

 

Seul petit bémol à ce plat, si vous êtes célibataire, prévoyez de faire ce breuvage un soir où vous n’avez pas prévu de sortir !