De Bergerac à Rocamadour 180 km entre Périgord et Quercy…Sur un chemin oublié

180 km entre Périgord et Quercy…sur un chemin oublié.

Les chemins tracés de Bergerac à Rocamadour sillonnent la campagne. Une véritable destination de pleine nature où vous pourrez pratiquer votre activité préférée en côtoyant des paysages et des villages de caractère.
C'est la promesse de parcourir en toute quiétude ces 180km entre Périgord et Quercy.
 

Plan
Plan

Partant de l’Eglise Notre Dame de Bergerac vous rejoindrez en 7 à 8 jours la vallée de l’Ouysse qui fait son lit dans le causse aride du Lot vers Rocamadour.
La belle ville de Bergerac, n’en finira pas de vous charmer par son architecture médiévale et renaissance, sans oublier l’église Saint Jacques, l’un des plus beaux édifices de la cité. Puis vous franchirez le pont en laissant derrière vous les maisons à pans de bois et le nez de Cyrano. Vous poursuivrez en vous dirigeant vers le vignoble des coteaux de Bergerac jusqu’à Monbazillac. De l’autre côté du vallon par Colombier et Conne de Labarde vous rejoindrez la cité médiévale d’Issigeac où vous attendent les maisons à pans de bois dont la Maison des Têtes. Chemin faisant, vous passerez par les paisibles villages de Bardou et de Naussannes qui vous mèneront vers la première Bastide anglaise de votre itinéraire, Beaumont du Périgord, créée en 1272 et sa monumentale église fortifiée, l’une des plus importantes du Périgord. A une heure à pied de là, vous arriverez à Saint-Avit-Sénieur qui doit sa notoriété grâce à Avitus et la halte des pèlerins de St Jacques de Compostelle. Son église abbatiale inscrite au patrimoine Unesco vous surprendra par sa dimension et ses peintures datant du XIVe S. (Depuis Saint-Avit-Sénieur, 2 possibilités : soit direct vers Cadouin, soit variante par Molières). 

Quelques kilomètres plus loin la bastide de Molières dont les sièges répétés durant la guerre de cent ans infligèrent des dommages à la petite cité. Puis, après une balade en forêt entre pins et châtaigniers vous descendrez vers l’abbaye cistercienne de Cadouin, classée patrimoine mondial de l’Unesco. Tout a commencé en 1115 quand Géraud de Salles décida de fonder une abbaye au cœur de la forêt de la Bessède. Le site connaît une grande prospérité au cours du Moyen Âge, du fait de sa relique, le suaire de la tête du Christ (un tissu brodé de soie de la fin du XIe siècle, rapporté de la première croisade). A quelques kilomètres de là, le village d’Urval vous séduira par son église et le four banal qui constituent un ensemble architectural à ne pas manquer. De hameaux en villages, vous traverserez les forêts de chênes et de châtaigniers qui laisseront place à un superbe panorama sur la rivière espérance « La Dordogne ». D’ici manoirs et châteaux, jalonneront votre parcours et vous guideront jusqu’au pied de Rocamadour.

Ce « cami romiou » garde la mémoire des « Pénitents bleus » de Périgueux qui, pour épargner leur ville de la peste, prirent le chemin du sanctuaire au XVIIe siècle. Il conserve également celle de la foule des anonymes qui au cours des siècles ont sillonné les verts coteaux de la Dordogne avant de descendre par la vallée de l’Ouysse et ses causses arides du Lot. 

Panneau
Panneau


Que vous partiez en randonnée, en pèlerinage vers Rocamadour sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, en famille, ou entre amis, les gîtes d'étape et chambres d’hôtes jalonnent les GR et les PDIPR.


La Rocastella est un diplôme délivré à l’arrivée à Rocamadour. Pour vous procurer le passeport à faire valider aux étapes, merci de vous adresser à l’association des pèlerins et amis de Saint Jacques Périgord : 83 Rue Gambetta, 24000 Périgueux – 05 53 35 32 72 – contact@compostelle-limousin-perigord.fr

Le Guide rando est disponible sur simple demande : rando.cd24@dordogne.fr ou téléchargeable en français ou anglais sur leur site internet.